Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Auto'Répare Sainte-Maxime

Amortisseurs

5 Août 2013 , Rédigé par Auto'Répare

18 Juillet 2011   MONROE : sur la route des vacances, les amortisseurs partenaires de votre sécurité!    Tenue de route idéale Tenue de route idéale Monroe®, le spécialiste de la suspension, attire l’attention sur les risques causés par des amortisseurs usés.   Tenneco Inc. (NYSE : TEN), fabricant d’amortisseurs et systèmes de suspension Monroe®, conseille aux automobilistes de vérifier l’état de leurs amortisseurs avant de prendre la route des vacances. Tout comme les pneus, freins, airbags et ceintures de sécurité, les amortisseurs jouent un rôle essentiel sur la tenue de route et donc la sécurité. Des amortisseurs usés peuvent représenter un risque important pour la sécurité du véhicule. L’usure des amortisseurs dégrade fortement la maniabilité du véhicule et peut entraîner un allongement des distances de freinage, un dérapage et du roulis dans les virages, ainsi qu’un risque accru d’aquaplaning. Des amortisseurs en mauvais état peuvent en outre provoquer le mal des transports. Monroe® recommande de faire vérifier les amortisseurs tous les 20 000 km par un spécialiste et, si nécessaire, de les faire remplacer.   Rappel important : les amortisseurs se remplacent par paire exclusivement.  Avant de se lancer sur la route des vacances, Monroe® conseille aux automobilistes de s’arrêter chez leur garagiste pour un contrôle et un éventuel remplacement des amortisseurs.   Comme le souligne Georges-Henry Descos, Directeur Marketing de la division Rechange pour le Nord- Ouest de l’Europe : « Avec l’été, beaucoup d’automobilistes vont prendre la route pour rejoindre leur lieu de vacances. Pour nous, chez Monroe®, la sécurité est une priorité absolue, et nous conseillons fortement aux automobilistes de faire vérifier leurs amortisseurs avant de prendre la route des vacances.   Le véhicule va devoir transporter la famille au complet avec des charges plus importantes et sur une longue distance. C’est une raison supplémentaire de s’assurer que les amortisseurs sont en bon état, non seulement pour limiter la fatigue du conducteur mais aussi pour assurer une tenue de route optimale ».   Comment fonctionne un amortisseur ?  L’amortisseur est un élément de la tenue de route et du freinage du véhicule. Son rôle principal est de réduire au maximum les oscillations du véhicule en maintenant les pneus en contact avec le sol.   Avec le temps, les amortisseurs s’usent et perdent progressivement leur efficacité. Comme il s’agit d’une usure progressive, les conducteurs ne se rendent généralement pas compte de leur perte d’efficacité.   Tiago Monteiro, pilote officiel Monroe® pour le championnat du monde des voitures de tourisme (WTCC) FIA 2011 et ancien pilote de F1 sur Jordan et Midland, a comparé les effets des amortisseurs neufs par rapport à des amortisseurs usés, et s’est déclaré surpris du résultat : « C’était vraiment impressionnant de faire soi-même l’expérience des conséquences de l’utilisation d’amortisseurs usés. J’ai été surpris de constater à quel point on perdait la maîtrise du véhicule. La différence était  particulièrement visible et sensible dans les courbes et au freinage. Ce test a effectivement démontré l’importance d’avoir des amortisseurs de bonne qualité, comme ceux de Monroe®, pour la maniabilité et le confort de conduite, mais aussi pour la sécurité à bord du véhicule ». (Film consultable sur http://www.monroeracing.eu/Tiago-safety-test?inc=26)   Les conséquences des amortisseurs usés sur la sécurité et le confort  Des amortisseurs usés peuvent avoir un impact négatif sur la sécurité du véhicule et sa maîtrise pour le conducteur :  · Distance de freinage allongée : selon des essais réalisés par le TÜV Rheinland, à une vitesse de 80 km/h sur une route droite, avec uniquement le conducteur à bord du véhicule, la distance de freinage est allongée de 2,6 mètres. La distance de freinage d’une voiture lancée à 70 km/h à pleine charge (un conducteur et trois passagers) augmente de 11,3 mètres (Centre de sécurité automobile de Milan).   · Aquaplaning : avec des amortisseurs à moitié usés, le phénomène d’aquaplaning se produit dès 109 km/h sur route mouillée, alors qu’avec des amortisseurs en parfait état, il faut atteindre une vitesse de 125 km/h (TÜV Rheinland).   · Usure accrue des pneumatiques : après 9 000 km, sur une voiture dont les amortisseurs présentent une usure de 65 %, la dégradation des pneumatiques est supérieure de 10 % à ce qu’elle serait sur la même voiture équipée d’amortisseurs en parfait état. Une usure prématurée des pneus se traduit par une augmentation des coûts liés au remplacement des pièces, mais aussi et surtout par une grave atteinte à la sécurité (étude menée par Monroe® au Centro Tecnico Pirelli).   · Dysfonctionnement du système ABS/ESP : des amortisseurs usés modifient le fonctionnement du système antiblocage et du système électronique de stabilité.   · Diminution de la tenue de route : dans les courbes ou en cas de freinage intensif, les pneumatiques présentent une adhérence réduite et la voiture est alors plus difficile à contrôler.   · Eblouissement des phares : une voiture dont les amortisseurs sont usés a tendance à rebondir davantage, ce qui nuit à la visibilité, augmente la fatigue du conducteur et éblouit les automobilistes circulant en sens inverse.   · Mal des transports : des amortisseurs usés peuvent provoquer le mal des transports car ils ne sont plus en mesure d’atténuer les vibrations.   Une étude sur les amortisseurs usés  Tenneco Inc., concepteur, fabricant et distributeur des systèmes de suspension Monroe®, a dévoilé les résultats d’une étude réalisée en Allemagne sur les amortisseurs usés.  Cette étude, dont les données ont été recueillies jusqu’en 2010, a été réalisé sur 38 949 véhicules.   La sécurité des automobilistes en tête des préoccupations  Plusieurs conclusions intéressantes ressortent de cette étude. L’information la plus importante révèle qu’en moyenne 50 % des voitures contrôlées avaient des amortisseurs en mauvais état. Bien que les voitures neuves soient moins concernées, le taux d’usure augmente considérablement avec l’âge du véhicule. A partir de 25 000 km parcourus, 22,2 % des voitures testées présentaient des amortisseurs usés. Et pour les véhicules ayant dépassé les 200 000 km, ce pourcentage atteint 59,1 %.   Concernant l’âge du véhicule, 40 % des voitures âgées de 4 ans avaient des amortisseurs usés ; entre 4 et 6 ans, ce pourcentage est compris entre 40 et 50 %, et dans le cas des voitures de plus de 11 ans, il atteint 60,3 %.   Une autre conclusion frappante de cette étude est que la probabilité d’avoir des amortisseurs usés augmente en fonction des distances parcourues. On a constaté que 18,5 % des voitures neuves (âgées d’un an au maximum) soumises à un long rodage (30 971 km en moyenne) ont des amortisseurs usés qui ne remplissent plus leur fonction. Ainsi, Tenneco - par l’intermédiaire de sa marque Monroe® - rappelle qu’il est nécessaire de faire contrôler ses amortisseurs tous les 20 000 km et qu’il est fortement conseillé de les remplacer par paire, à 80 000 km. Le rôle des amortisseurs dans un véhicule est assez méconnu. Un grand nombre de conducteurs connaissent mal leurs fonctions ainsi que leur périodicité de remplacement.   Amortisseurs usés = danger  Rouler avec des amortisseurs usés peut avoir des conséquences sur la conduite au quotidien : la distance de freinage est allongée (surtout sur les voitures équipées d’un système ABS, ce système perdant en efficacité lorsque la suspension est dégradée) et la tenue de route en virage peut diminuer. En revanche, des amortisseurs en bon état peuvent réduire considérablement la sensation de nausée et le manque de confort général durant les trajets.   Comme le fait remarquer Georges-Henry Descos, Directeur Marketing de la division Rechange pour le Nord-Ouest de l’Europe : « On a malheureusement tendance à sous-estimer l’importance des amortisseurs. Cette étude nous a permis de montrer, chiffres et données à l’appui, ce que nous savions déjà : près de 50% du parc automobile testé roule avec des amortisseurs usés qui ne remplissent plus leur fonction sécuritaire. Les automobilistes doivent prendre conscience des risques qu’ils encourent lorsqu'ils roulent avec des amortisseurs en mauvais état ».

18 Juillet 2011 MONROE : sur la route des vacances, les amortisseurs partenaires de votre sécurité! Tenue de route idéale Tenue de route idéale Monroe®, le spécialiste de la suspension, attire l’attention sur les risques causés par des amortisseurs usés. Tenneco Inc. (NYSE : TEN), fabricant d’amortisseurs et systèmes de suspension Monroe®, conseille aux automobilistes de vérifier l’état de leurs amortisseurs avant de prendre la route des vacances. Tout comme les pneus, freins, airbags et ceintures de sécurité, les amortisseurs jouent un rôle essentiel sur la tenue de route et donc la sécurité. Des amortisseurs usés peuvent représenter un risque important pour la sécurité du véhicule. L’usure des amortisseurs dégrade fortement la maniabilité du véhicule et peut entraîner un allongement des distances de freinage, un dérapage et du roulis dans les virages, ainsi qu’un risque accru d’aquaplaning. Des amortisseurs en mauvais état peuvent en outre provoquer le mal des transports. Monroe® recommande de faire vérifier les amortisseurs tous les 20 000 km par un spécialiste et, si nécessaire, de les faire remplacer. Rappel important : les amortisseurs se remplacent par paire exclusivement. Avant de se lancer sur la route des vacances, Monroe® conseille aux automobilistes de s’arrêter chez leur garagiste pour un contrôle et un éventuel remplacement des amortisseurs. Comme le souligne Georges-Henry Descos, Directeur Marketing de la division Rechange pour le Nord- Ouest de l’Europe : « Avec l’été, beaucoup d’automobilistes vont prendre la route pour rejoindre leur lieu de vacances. Pour nous, chez Monroe®, la sécurité est une priorité absolue, et nous conseillons fortement aux automobilistes de faire vérifier leurs amortisseurs avant de prendre la route des vacances. Le véhicule va devoir transporter la famille au complet avec des charges plus importantes et sur une longue distance. C’est une raison supplémentaire de s’assurer que les amortisseurs sont en bon état, non seulement pour limiter la fatigue du conducteur mais aussi pour assurer une tenue de route optimale ». Comment fonctionne un amortisseur ? L’amortisseur est un élément de la tenue de route et du freinage du véhicule. Son rôle principal est de réduire au maximum les oscillations du véhicule en maintenant les pneus en contact avec le sol. Avec le temps, les amortisseurs s’usent et perdent progressivement leur efficacité. Comme il s’agit d’une usure progressive, les conducteurs ne se rendent généralement pas compte de leur perte d’efficacité. Tiago Monteiro, pilote officiel Monroe® pour le championnat du monde des voitures de tourisme (WTCC) FIA 2011 et ancien pilote de F1 sur Jordan et Midland, a comparé les effets des amortisseurs neufs par rapport à des amortisseurs usés, et s’est déclaré surpris du résultat : « C’était vraiment impressionnant de faire soi-même l’expérience des conséquences de l’utilisation d’amortisseurs usés. J’ai été surpris de constater à quel point on perdait la maîtrise du véhicule. La différence était particulièrement visible et sensible dans les courbes et au freinage. Ce test a effectivement démontré l’importance d’avoir des amortisseurs de bonne qualité, comme ceux de Monroe®, pour la maniabilité et le confort de conduite, mais aussi pour la sécurité à bord du véhicule ». (Film consultable sur http://www.monroeracing.eu/Tiago-safety-test?inc=26) Les conséquences des amortisseurs usés sur la sécurité et le confort Des amortisseurs usés peuvent avoir un impact négatif sur la sécurité du véhicule et sa maîtrise pour le conducteur : · Distance de freinage allongée : selon des essais réalisés par le TÜV Rheinland, à une vitesse de 80 km/h sur une route droite, avec uniquement le conducteur à bord du véhicule, la distance de freinage est allongée de 2,6 mètres. La distance de freinage d’une voiture lancée à 70 km/h à pleine charge (un conducteur et trois passagers) augmente de 11,3 mètres (Centre de sécurité automobile de Milan). · Aquaplaning : avec des amortisseurs à moitié usés, le phénomène d’aquaplaning se produit dès 109 km/h sur route mouillée, alors qu’avec des amortisseurs en parfait état, il faut atteindre une vitesse de 125 km/h (TÜV Rheinland). · Usure accrue des pneumatiques : après 9 000 km, sur une voiture dont les amortisseurs présentent une usure de 65 %, la dégradation des pneumatiques est supérieure de 10 % à ce qu’elle serait sur la même voiture équipée d’amortisseurs en parfait état. Une usure prématurée des pneus se traduit par une augmentation des coûts liés au remplacement des pièces, mais aussi et surtout par une grave atteinte à la sécurité (étude menée par Monroe® au Centro Tecnico Pirelli). · Dysfonctionnement du système ABS/ESP : des amortisseurs usés modifient le fonctionnement du système antiblocage et du système électronique de stabilité. · Diminution de la tenue de route : dans les courbes ou en cas de freinage intensif, les pneumatiques présentent une adhérence réduite et la voiture est alors plus difficile à contrôler. · Eblouissement des phares : une voiture dont les amortisseurs sont usés a tendance à rebondir davantage, ce qui nuit à la visibilité, augmente la fatigue du conducteur et éblouit les automobilistes circulant en sens inverse. · Mal des transports : des amortisseurs usés peuvent provoquer le mal des transports car ils ne sont plus en mesure d’atténuer les vibrations. Une étude sur les amortisseurs usés Tenneco Inc., concepteur, fabricant et distributeur des systèmes de suspension Monroe®, a dévoilé les résultats d’une étude réalisée en Allemagne sur les amortisseurs usés. Cette étude, dont les données ont été recueillies jusqu’en 2010, a été réalisé sur 38 949 véhicules. La sécurité des automobilistes en tête des préoccupations Plusieurs conclusions intéressantes ressortent de cette étude. L’information la plus importante révèle qu’en moyenne 50 % des voitures contrôlées avaient des amortisseurs en mauvais état. Bien que les voitures neuves soient moins concernées, le taux d’usure augmente considérablement avec l’âge du véhicule. A partir de 25 000 km parcourus, 22,2 % des voitures testées présentaient des amortisseurs usés. Et pour les véhicules ayant dépassé les 200 000 km, ce pourcentage atteint 59,1 %. Concernant l’âge du véhicule, 40 % des voitures âgées de 4 ans avaient des amortisseurs usés ; entre 4 et 6 ans, ce pourcentage est compris entre 40 et 50 %, et dans le cas des voitures de plus de 11 ans, il atteint 60,3 %. Une autre conclusion frappante de cette étude est que la probabilité d’avoir des amortisseurs usés augmente en fonction des distances parcourues. On a constaté que 18,5 % des voitures neuves (âgées d’un an au maximum) soumises à un long rodage (30 971 km en moyenne) ont des amortisseurs usés qui ne remplissent plus leur fonction. Ainsi, Tenneco - par l’intermédiaire de sa marque Monroe® - rappelle qu’il est nécessaire de faire contrôler ses amortisseurs tous les 20 000 km et qu’il est fortement conseillé de les remplacer par paire, à 80 000 km. Le rôle des amortisseurs dans un véhicule est assez méconnu. Un grand nombre de conducteurs connaissent mal leurs fonctions ainsi que leur périodicité de remplacement. Amortisseurs usés = danger Rouler avec des amortisseurs usés peut avoir des conséquences sur la conduite au quotidien : la distance de freinage est allongée (surtout sur les voitures équipées d’un système ABS, ce système perdant en efficacité lorsque la suspension est dégradée) et la tenue de route en virage peut diminuer. En revanche, des amortisseurs en bon état peuvent réduire considérablement la sensation de nausée et le manque de confort général durant les trajets. Comme le fait remarquer Georges-Henry Descos, Directeur Marketing de la division Rechange pour le Nord-Ouest de l’Europe : « On a malheureusement tendance à sous-estimer l’importance des amortisseurs. Cette étude nous a permis de montrer, chiffres et données à l’appui, ce que nous savions déjà : près de 50% du parc automobile testé roule avec des amortisseurs usés qui ne remplissent plus leur fonction sécuritaire. Les automobilistes doivent prendre conscience des risques qu’ils encourent lorsqu'ils roulent avec des amortisseurs en mauvais état ».

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article